Hommage à Charles Melman

Nous perdons avec vous un grand homme ainsi qu’un grand analyste, clinicien et érudit. Vos très pertinentes conclusions des journées de l’ALI vont nous manquer, comme vos discussions avec les grands intellectuels de notre époque et vos conférences ou enseignements mais nous gardons l’Ecole que vous avez fondée – avec quelques autres -, vos séminaires, vos livres et vos paroles pour continuer à aiguiser notre écoute et à étayer notre clinique…. Merci de ce que vous nous laissez ! Reposez en paix.

Ghislaine Chagourin

Présidente de l’Ali Provence

Hommage à Charles Melman

Traverser la France…pour poursuivre un travail… m’a menée rue Elzévir d’abord,
puis rue des archives.
L’accueil de Charles Melman, cette poignet de main tendue ont donné le ton et la
couleur de son style : vif et chaleureux ouvrant la porte sur un travail qui fut le
mien, soutenant ma pratique aujourd’hui.
Dans l’association, son départ, ces quelques derniers jours, nous nous y préparions,
mais cependant nous restons sous le choc… C’est une grande perte, aussi pour la
psychanalyse.
Charles Melman, nous laisse un œuvre riche, originale qui ne cesse de nous tenir
éveiller à prendre appui sur un vide, vide constitutif d’un lieu dont le sujet se
soutient.
Nous retrouverons dans son style, son écriture, le vivant de son propos.
Il nous reste donc à poursuivre le travail encore et encore…
Marie-Pierre Bossy-de Dianous

Annonce du décès de Charles Melman

C’est avec une grande tristesse que nous venons d’apprendre le décès de Charles Melman. Toutes nos condoléances à sa famille et à ses proches ainsi qu’à ses élèves et aux membres de l’ALI.

Ghislaine Chagourin

Communiqué du Groupe de Contact

2 décembre 2021
Le Groupe de contact, fondé il y a une vingtaine d’années, réunit la majorité des associations de
psychanalystes existant en France, dans la reconnaissance et le respect de leur diversité. Il a pour vocation
d’exprimer l’apport de la psychanalyse lorsque des politiques, des règlementations et des mesures
administratives menacent son existence.
Nous alertons tout un chacun – le public, les media et les politiques – sur la multiplication et l’aggravation
très préoccupantes des mesures de discrimination, voire d’exclusion, visant les professionnels qui
reconnaissent les acquis de la psychanalyse ou s’en réclament dans leur pratique, qu’ils soient soignants ou
enseignants, dans les hôpitaux, les centres de soin, les universités, les laboratoires de recherche.
Les héritiers de Freud affirment la nécessité de leur présence dans les champs de recherche scientifique, dans
les pratiques médico-sociales et dans l’espace culturel. Des mesures administratives indues ne sauraient
effacer ce qui est leur contribution théorique et pratique, depuis plus d’un siècle, aussi bien dans le débat sur
les origines de la souffrance psychique, que sur les moyens individuels ou institutionnels d’y remédier, dans
notre culture actuelle.
C’est pourtant ce qui est en train de se réaliser très concrètement et à grands pas dans les hôpitaux, les
centres de soins, les universités et les media.

Continuer la lecture

parution : Gérard Amiel, Apprendre à désirer

La place prépondérante du discours de la science dans notre modernité, comme l’amplification des jouissances liées à la consommation nous font oublier la spécificité humaine découverte par la psychanalyse. Si nous sommes avant tout des parlêtres, cet ouvrage l’explicite pas à pas pour les profanes comme pour les initiés et en tire toutes les conséquences. Car le refus de cette prise en compte se paie au prix fort de catastrophes tant individuelles que collectives, dont le retour des idéologies qui ont agité l’histoire du XXe siècle et que l’on croyait définitivement enterrées fait intégralement partie.

Psychanalyste ex-président de l’ALI Rhône-Alpes, psychiatre ex-assistant-chef de clinique des universités au CHU, Gérard Amiel tient un séminaire public depuis trente ans, publie de nombreux articles en revues spécialisées et organise des colloques internationaux.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=70871

Hommage à Marcel Czermak

Chers Collègues et Ami(e)s, 

Je viens d’apprendre avec une immense tristesse que Marcel Czermak nous a quitté ce jeudi 3 juin. Il était l’un des fondateurs, il y a quarante ans, de l’Association freudienne, devenue l’ALI, et fondateur de l’École psychanalytique de Sainte-Anne. Il a été pour moi un passeur dans le sens où, sans lui,  le monde de la psychose me serait resté hermétique. Je me souviens encore mes premiers séminaires à Sainte Anne le mercredi après-midi dans son service et mon émerveillement de la façon dont les patients y été traités et présentés. Je me souviendrez sa grande rigueur clinique mais aussi sa profonde gentillesse et sensibilité. C’est une grande perte pour la psychanalyse et la psychiatrie, comme cela doit être pour sa famille. 

Ghislaine Chagourin 

Présidente de l’ALI Provence.

Avis de décès Marc Caumel de Sauvejunte

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de notre collègue et ami Marc Caumel de Sauvejunte le 16 février 2021.

Nous perdons un ami d’exception et un grand psychanalyste.

Nous l’avions invité à Marseille avec son épouse Claire et leur conférence avait fait l’unanimité.

Son approche fine et intelligente de la psychanalyse nous mettait au travail et nous faisait progresser.

Nos relations d’amitié étaient empreintes d’élégance, de générosité et de douceur.

Il a perdu son combat contre le Covid mais c’est bien le seul qu’il ait jamais perdu.

Mes sincères condoléances Claire et mes pensées les plus affectueuses. 

Adieu Marc tu nous manques terriblement

Edmonde Luttringer Salducci

Un grand merci à Claude Rivet qui a bien voulu mettre les textes qui suivent à notre disposition :

https://akadem.org/sommaire/colloques/freud-un-homme-juif/nationalisme-cosmopolitisme-sionisme-27-10-2016-84772_4700.php (Vous pouvez visionner la vidéo à partir de: reste – 1 h de la conférence où Monsieur Marc Caumel la Vie de Sauvejunte intervenait)

décès de Nicolas Girardot

Vous nous avez quitté si brutalement Nicolas que d’abord on n’a pas voulu le croire , puis  très vite la douleur a remplacé l’incrédulité
Une douleur terrible Nicolas car votre départ est une perte irréparable.
Vous étiez d’une intelligence remarquable . Fin et sensible vous auriez été un grand psychanalyste .

Continuer la lecture